Le "bonus démographique"

Comment les dynamiques de population peuvent influencer la croissance économique

Research Brief

Les pays peuvent stimuler la croissance économique en réduisant les taux élevés de fécondité et en améliorant leurs politiques de santé, d'éducation et d'emploi. Ces conclusions sont présentées dans un rapport récent publié par la revue « Population Matters » de RAND, Le dividende démographique : une nouvelle perspective sur les questions de population et leurs conséquences économiques.

Ce rapport fait le point des travaux de recherche récents qui clarifient le débat sur l'impact des dynamiques de population sur le développement économique, en particulier l'importance de la pyramide des âges. Le rapport examine aussi la relation entre les changements affectant les populations et la croissance économique dans certaines régions du monde et analyse les politiques globales dont les pays ont besoin pour bénéficier des avantages économiques de la transition vers une plus faible fécondité.

LES CONSEQUENCES DE LA PYRAMIDE DES AGES SUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

Pendant des décennies, les experts ont débattu de l'impact de la croissance démographique sur le développement économique. Les « pessimistes » insistaient sur l'idée qu'une forte fécondité et une croissance rapide de la population empêchaient le développement. Ce point de vue a servi de justificatif au financement généralisé des politiques et des programmes de planning familial dans les années 60.[1] Inversement, les « optimistes » soutenaient que la croissance rapide de la population ainsi que sa taille étaient des facteurs de prospérité économique dès lors qu'elles représentaient un capital humain et intellectuel abondant et augmentaient la taille du marché. Les partisans des deux points de vue peuvent trouver dans les travaux de recherche des éléments étayant leur thèse, mais en fait rien ne permet de conclure de façon définitive. Les partisans d'un troisième point de vue, « les pragmatiques », considèrent que la croissance démographique prise en elle-même a peu d'impact sur les performances économiques. Cette position est soutenue par une bonne partie des chercheurs : elle est devenue dominante au sein des politiques actuelles.

En se focalisant sur la croissance et la taille de la population, le débat a pourtant largement ignoré une variable démographique cruciale : la pyramide des âges de la population, c'est-à-dire la répartition de la population par groupes d'âge. Parce que les comportements économiques individuels varient selon l'âge, les changements dans la structure des âges peuvent en effet influer de façon significative sur les performances économiques nationales. Les pays ayant une forte proportion de jeunes ou de personnes âgées en situation de dépendance tendent à consacrer une part relativement importante de leurs ressources à ces catégories, souvent en limitant la croissance économique. En revanche, les pays dans lesquels une partie relativement importante de la population est en âge de travailler et d'épargner peuvent bénéficier d'une accélération de la croissance des revenus découlant d'une population plus importante, de l'accumulation accélérée du capital et de dépenses réduites pour la population dépendante. Ce phénomène est connu sous l'appellation de « bonus démographique ». L'effet combiné de ce « bonus » et de politiques efficaces dans d'autres secteurs peut stimuler la croissance économique. La relation entre les changements démographiques et la croissance économique est le fait marquant des récentes décennies du fait des évolutions démographiques dans les pays en développement. A des degrés variables, les pays en voie de développement sont en effet tous en train de vivre une transition démographique versdes niveaux plus faibles de mortalité et de fécondité, produisant une onde de choc qui se propage progressivement à travers toutes les générations de la pyramide des âges.

Ainsi, beaucoup de pays en développement ont-ils traduit en gains économiques les transitions démographiques actuellement en cours.

DEUX EXEMPLES OPPOSES :
L'ASIE ORIENTALE ET L'AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

La transition démographique et son impact sur le développement économique jouent un rôle différent dans les diverses régions du monde. C'est l'Asie orientale qui a su tirer le plus grand profit du bonus démographique résultant de la baisse de la fécondité. Mais ce succès est nettement moins prononcé dans d'autres régions. L'Amérique latine a connu une transition démographique relativement forte mais, à cause d'une faible politique générale, elle n'a pas pu tirer partie de cette transition. Les transitions démographiques en Asie du sud, et en Asie du sud-est, ont commencé plus tard et ont été moins prononcées qu'en Asie orientale : ces régions commencent seulement à bénéficier des avantages économiques du changement démographique. Le Moyen-Orient et l'Afrique du nord sont encore dans les premières phases du processus, et beaucoup de parties de l'Afrique subsaharienne n'ont pas encore vu baisser leur forte fécondité traditionnelle. Les exemples de l'Asie orientale et de l'Afrique sub-saharienne illustrent parfaitement les deux extrêmes du spectre au regard du bonus démographique.

L'Asie orientale. Le « miracle économique » qu'a connu cette partie du monde est la preuve qu'une fécondité réduite peut aider à créer les conditions d'une croissance économique forte. Une mortalité en baisse, suivie par une diminution de la fécondité, ont produit une transition démographique rapide dans la région entre 1965 et 1990. En conséquence, la population en âge de travailler a augmenté quatre fois plus vite que les populations dépendantes (jeunes et personnes âgées). Un système éducatif fort et des politiques de libéralisation commerciale ont permis aux économies nationales de transformer cette « boom » génération en main d'oeuvre. Le dividende démographique a alimenté l'expansion économique spectaculaire de la région : la croissance du revenu réel par tête a avoisiné les 6% par an entre 1965 et 1990 ; le dividende démographique a représenté à lui seul approximativement 20 à 25% de cette croissance.

L'Afrique sub-saharienne. Par contre, l'Afrique subsaharienne a connu une transition démographique extrêmement lente. La forte fécondité et les familles nombreuses traditionnelles ont persisté en même temps que reculait la mortalité des nouveaux-nés et des enfants, et aujourd'hui les ravages du VIH/SIDA déciment la population en âge de travailler. Résultat : la moyenne d'âge de la population est restée basse, et il n'y a pas eu de dividende démographique pour favoriser une période soutenue de croissance économique. Comparée à l'Asie orientale, la proportion de gens en âge de travailler en Afrique sub-saharienne reste faible. Aussi longtemps que la fécondité restera élevée, il est peu probable que les pays de cette région connaissent une amélioration des revenus, des conditions ou de l'éducation des travailleurs. Il y a toutefois des raisons d'espérer. En dépit de conditions difficiles, il est permis de penser que l'Afrique sub-saharienne verra, dans les vingt-cinq prochaines années, sa fécondité passer de 5.5 enfants par femme à 3.5. Des pays —en particulier en Afrique méridionale, dont la Namibie, le Botswana, l'Afrique du sud et le Zimbabwe— ont vu leurs taux de fécondité diminuer. Dans la plupart des pays d'Afrique sub-saharienne cependant, les enfants sont encore considérés comme une source précieuse de main d'oeuvre, et une assurance pour les vieux jours. Dans ces conditions, les politiques de réduction de la fécondité sont lentes à produire leurs effets. Il reste toutefois pour la région dans son ensemble, des possibilités d'inverser les tendances qui ont entravé la croissance économique. Un point de départ possible : améliorer le statut des femmes. Si les décideurs politiques font porter l'effort sur l'éducation des femmes et le renforcement de leur rôle, qui sont des facteurs déterminants de développement des ressources sociales et économiques, l'Afrique connaîtra très probablement une baisse de la fécondité et une augmentation progressive de la part des actifs dans la population.

Figure
Proportion de la population en âge de travailler— Asie Orientale et l'Afrique Subsaharienne, 1950-2050

LA NECESSITE DE POLITIQUES EFFICACES DANS D'AUTRES SECTEURS

Comme le montrent les études de cas, la baisse de la fécondité peut créer les conditions de la croissance économique. Cependant, une fécondité réduite en soi ne garantit pas la prospérité : pour capitaliser leur dividende démographique, les pays ont besoin de mettre en oeuvre des politiques efficaces dans d'autres secteurs clés.

Déclencher la transition démographique. Des améliorations dans le domaine de la santé publique sont essentielles pour amorcer la transition démographique. L'amélioration de l'hygiène, des programmes de vaccination et l'usage d'antibiotiques induisent la réduction de la mortalité, qui induit à son tour une réduction de la fécondité. En outre, il y a des raisons économiques à investir dans le secteur de la santé : des études de plus en plus nombreuses indiquent qu'une population en bonne santé favorise la croissance économique et diminue la pauvreté, et ce, contrairement à la croyance séculaire selon laquelle c'est la richesse qui génère la santé.

Accélérer la transition démographique. Des programmes de planning familial efficaces peuvent accélérer la transition démographique, catalyser ses bénéfices économiques et sa capacité à sortir les pays du cycle de la pauvreté.

Tirer parti de la transition démographique. La mise en oeuvre de politiques dans trois secteurs —éducation, politique macroéconomique et gouvernance— est déterminante pour réaliser ce bonus démographique.

  • L'éducation. Transformer une population jeune en force de travail productive requiert un investissement à tous les niveaux du système éducatif.
  • La politique économique. Une main d'oeuvre plus abondante et mieux éduquée ne sera profitable que si les travailleurs peuvent trouver des emplois. Les politiques gouvernementales qui conduisent à stabiliser les conditions macroéconomique sont liées à la croissance d'emplois productifs et rémunérateurs. La flexibilité et l'ouverture du marché de travail au commerce sont aussi des facteurs importants, mais les réformes appropriées doivent être menées progressivement et de façon à protéger les groupes vulnérables.
  • La bonne gouvernance. Dans beaucoup de pays, des étapes ont été nécessaires pour réaliser le bonus démographique : promotion d'un Etat de droit, amélioration de l'efficacité gouvernementale, diminution de la corruption et application du respect des garanties contractuelles.

Les effets des politiques réussies dans ces secteurs peuvent se renforcer mutuellement et favoriser l'instauration d'un « cercle vertueux » de croissance soutenue. A l'inverse, sans la mise en place effective de telles politiques, les pays risquent de rater des occasions de croissance économique ou pire, ils peuvent avoir à faire face à un chômage massif, une augmentation de la criminalité et une instabilité politique.

REGARDER L'AVENIR

Les décideurs politiques des pays en voie de développement ont une possibilité limitée dans le temps de tirer partie d'une fécondité réduite et d'un épanouissement des jeunes avant que la génération du « boom » ne soit plus en âge de travailler.[2] Ils devraient donc agir rapidement et mettre en oeuvre ces politiques pour déclencher et accompagner la transition démographique et pour pouvoir en engranger les bénéfices. Comprendre les enjeux et les conséquences des changements de la pyramide des âges peut être utile aux organisations internationales dans leur travail avec les gouvernements et peut augmenter les capacités de ces derniers à décider de politiques qui permettent de rendre effectives les potentialités économiques liées au changement démographique.


[1] Les Origines et l'évolution des Programmes de Planning Familial dans les Pays en Developpement (RAND MR-1276), par Judith R. Seltzer, explore les motivations et l'évolution des contenus des programmes de planning familial. Ce document est disponible en ligne à http://www.rand.org/pubs/monograph_reports/MR1276/.

[2]Voir « Se Préparer à un Monde Vieillissant » (RAND RB-5058), un résumé de recherche par Population Matters qui analyse les implications du vieillissement de la population sur les institutions sociales et les meilleurs procédés d'utilisation des recherches, afin d'éclairer les politiques d'intervention. Ce document est disponible en ligne à l'adresse suivante : http://www.rand.org/pubs/research_briefs/RB5058z2.


Les résumés de recherche de la RAND présentent des travaux dont les résultats détaillés sont disponibles ailleurs. Le présent résumé analyse le travail réalisé dans le cadre du projet « Population Matters » faisant partie du programme « Labor and Population » de la RAND à partir du document « Le dividende démographique : une nouvelle perspective sur les questions de population et leurs conséquences économiques » , par David Bloom, David Canning et Jaypee Sevilla, RAND MR-1274-WFHF/DLPF/RF/UNPF, 2003, 107 pp, ISBN : 0-8330-2926-6. Ce travail a été financé par la fondation William et Flora Hewlett, la fondation David et Lucile Packard, la fondation Rockfeller et le Fonds des Nations Unies pour la Population. Les publications de « Population Matters » et les informations sur d'autres projets sont disponibles à l'adresse http://www.rand.org/labor/popmatters. Les publications de la RAND sont disponibles à partir des services de distribution de la RAND ou sur le site internet : www.rand.org/pubs/order. RAND est une organisation à but non lucratif dont les travaux de recherche et d'analyse visent à améliorer la politique et la prise de décision. Les publications de la RAND ne reflètent pas nécessairement les opinions ou les orientations politiques des institutions qui soutiennent ses recherches.

Les traductions en français ont été assurées par Equilibres & Populations, organisation non gouvernementale française qui vise à mobiliser les opinions et les décideurs français, européens et francophones sur des actions d'aide internationale en faveur des politiques de santé et d'éducation, en particulier en direction des femmes. Adresse internet : www.equipop.org.

PDF

This is a French translation of Banking the "Demographic Dividend": How Population Dynamics Can Affect Economic Growth (RB-5065), originally published in 2002 as part of the Population Matters project in RAND's Labor and Population Program.


RB-5065/2 (2003)